fbpx Témoignage de Vincent Trépanier | Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu : Techniques de génie mécanique
Bienvenue

Bienvenue!

Allez au site
18 février 2021

Menu

  • Partager :
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager par courriel

Témoignages

Témoignage de Vincent Trépanier

Entrevue avec Vincent Trépanier, diplômé en Techniques de génie mécanique, de la cohorte 2016-2019.

Cégep : Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire en Techniques de génie mécanique au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu ?

Vincent (V) : Il y avait deux raisons qui m’ont poussé à choisir le programme de Techniques de génie mécanique. La première, c’est que je ne voulais plus suivre plusieurs cours généraux comme au secondaire. J’avais le goût d’étudier dans un domaine concret qui m’intéressait réellement. J’étais aussi attiré par les cours plus pratiques que théoriques.

La deuxième raison, c’est que depuis que je suis jeune, j’ai toujours été fasciné par le fonctionnement des choses, un peu comme l’émission Comment c’est fait. Autant pour les autos que pour n’importe quel objet comprenant un mécanisme, j’ai toujours été très curieux au sujet de sa conception.

J’ai vu dans un dépliant qu’on nous offrait au secondaire que le Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu offrait le programme de Techniques de génie mécanique et j’ai décidé de me lancer.

 

Cégep : Selon toi, quels sont les qualités requises et les intérêts à avoir pour s’inscrire dans ce programme d’études ?

V : C’est certain qu’avoir une bonne aisance en mathématique et en physique est un atout important pour un.e étudiant.e en Techniques de génie mécanique. Il faut aussi être minutieuse ou minutieux, car, surtout au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, il y a beaucoup de projets de conception, où il faut penser à tous les détails d’un assemblage mécanique. Qu’on choisisse le volet conception ou fabrication, les deux branches demandent de la minutie. Évidemment, il faut aussi avoir un intérêt pour les moteurs et tout ce qui touche à la mécanique.

 

Cégep : Quelles sont les compétences qui sont développées chez l’étudiant.e au cours des études en Techniques de génie mécanique?

V : Une des premières compétences qui est développée est la compréhension et l’utilisation de logiciels de modélisation et de programmation. Ce sont des logiciels adaptés à l’industrie actuelle. Dans le programme Techniques de génie mécanique, on apprend toutes les compétences qui nous seront utiles pour pouvoir s’épanouir et réussir dans notre carrière. On apprend vraiment tout ce dont on a besoin pour avoir un bon profil de technicien*.

 

Cégep : Qu’est-ce que tu souhaites mentionner à un.e élève de 5e secondaire qui hésite encore à s’inscrire en Techniques de génie mécanique au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu ?

V : Fonce ! Si tu hésites, c’est que tu as quand même un intérêt envers la mécanique. C’est dur de choisir un domaine quand on sort du secondaire. Cela dit, le programme Techniques de génie mécanique est très intéressant, autant le domaine que le groupe d’enseignant.es, on s’attache facilement. C’est un programme qui est très dynamique et accrocheur.

 

Cégep : Quels souvenirs garderas-tu de ton passage au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu dans le programme Techniques de génie mécanique?

V : Ce que j’ai beaucoup aimé de mon programme, c’est le fait qu’on suit le même groupe d’étudiant.es tout au long de notre parcours. Je garderai donc en souvenir l’atmosphère familiale avec mes collègues de classe.

Il y a aussi les enseignant.es que j’ai toutes et tous vraiment aimé.es. Après trois ans à les côtoyer, je ne les percevais plus comme des enseignant.es, mais plutôt comme des ami.es, ou encore des mentor.es.

Un autre aspect que j’ai apprécié de mon passage au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu est l’infrastructure, principalement l’usine pour le programme Techniques de génie mécanique qui est vraiment incroyable. C’est une très belle usine pour la pratique. Elle était bien équipée pour nous permettre de réaliser tous nos projets.

Un des projets que j’ai le plus aimé faire fut la conception d’un moteur à quatre temps, soit un moteur qu’on peut retrouver dans les automobiles à quatre cylindres. Puis, j’ai aussi beaucoup apprécié travailler sur un de mes projets de fin de session, qui était la conception d’une station d’embouteillage de bière automatisée.

Sinon, hors du programme, j’ai beaucoup aimé les activités sportives parascolaires organisées par le Cégep. J’aimais vraiment les sports qui étaient offerts de soir, ça finissait bien mes journées. Je participais, entre autres, à la ligue récréative de hockey cosom. C’était très facile de s’y inscrire et c’était bien encadré.

 

Cégep : Quels ont été les stages que tu as complétés ?

V : J’ai pu compléter deux stages dans mon domaine d’études à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le premier consistait à travailler sur des camions blindés.

On est souvent impressionné par les projets auxquels on a contribué, en génie mécanique.

Puis finalement, ce que j’aime beaucoup de mon domaine, c’est qu’on n’aura jamais fini d’apprendre. C’est impossible de tout savoir, alors c’est toujours très stimulant de se dire qu’on peut toujours faire plus et faire mieux.

 

Merci Vincent pour ce beau témoignage ! Nous te souhaitons beaucoup de bonheur et de succès dans ton domaine ! 

 

*En sortant du programme Techniques en génie mécanique, les étudiant.es sont des technicien.nes. Pour être reconnu.e comme technologue, il suffit de devenir membre de l’Ordre des technologues professionnels du Québec, moyennant une contribution financière.

 

Sur la photo de gauche à droite : François Auger, conseiller municipal de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, Vincent Trépanier, diplômé du programme, et Patrick Frigault, enseignant en Techniques de génie mécanique.